L’e-réputation : un gadget ou un outil indispensable pour se faire embaucher ?

Posté le 10/01/2017 dans Personal Branding

L’e-réputation : un gadget ou un outil indispensable pour se faire embaucher ?

Aujourd’hui, Internet, LinkedIn et Twitter constituent le quotidien du sémillant chercheur d’emploi de 2017. En effet, ces outils font désormais partie intégrante de la trousse du bon élève labélisé « Trouveur d’emploi » doit posséder et maîtriser pour obtenir le succès dans sa quête du Graal.

Bien comprendre le processus de recrutement

Pour réussir à se faire embaucher, tout candidat averti doit se vendre, c’est à dire savoir mettre en avant ses fabuleuses compétences, son immense expérience, ses exceptionnels points forts, ses plus belles aspérités probantes et son offre différenciante et disruptive de service. Dès le premier entretien d’embauche, notre héros doit démontrer au recruteur ce qu’il peut apporter à l’entreprise, sans pour autant en faire des tonnes…

Car si le recruteur recherche évidement des compétences, il désire également trouver le candidat caméléon, capable de s’adapter à la culture de l’entreprise. Le postulant idéal doit non seulement s’intégrer aisément à l’équipe existante mais aussi s’inscrire tellement rapidement dans la dynamique existante que tous les anciens collaborateurs auront l’impression qu’il est arrivé bien avant eux.

Par ailleurs, contrairement à ce que les paranoïaques pensent, le recruteur ne farfouille pas vicieusement dans les traces d’un candidat sur Internet pour trouver des informations crapoteuses, malsaines ou compromettantes. Il désire seulement, en bon anxieux qu’il est, se rassurer sur la pertinence de son choix. Bien entendu, si le recruteur scrupuleux tombe sur une photo de soirée abominablement arrosée – ou une vidéo bien scabreuse – ne correspondant pas aux valeurs affichées de l’entreprise, il orientera insidieusement le dossier ainsi marqué au fer rouge dans la direction de la poubelle à pédale.

L’E-réputation, un véritable levier pour accélérer le recrutement

En travaillant sa visibilité au sein de l’immense hypermarché des profils disponibles sur LinkedIn et Twitter, le candidat augmente grandement les chances d’attirer l’attention des fourmis besogneuses du recrutement. Il peut désormais construire sa notoriété et véhiculer son image et prendre la parole via les outils Internet à sa disposition. Et, s’il est déjà en poste, il peut continuer à alimenter ses profils en mettant en avant ses nouvelles expériences et expertises, présenter les projets qu’il a réalisés et même donner son avis sur des sujets où il est légitime.

Dans la nouvelle ère de l’e-réputation, un profil en ligne constitue une vitrine éclairée 24h sur 24 et le principal outil de visibilité professionnelle d’un individu. Au risque de choquer les esprits chagrins, il est clair que le salarié de 2017 est un produit de consommation et c’est à chacun de ciseler le meilleur packaging pour se faire repérer face aux produits concurrents présents dans le linéaire. C’est ainsi que de plus en plus de candidats enrichissent leur profil LinkedIn en ajoutant des présentations, des photos et des vidéos pour promouvoir leurs compétences et leurs réalisations. Les recommandations des anciens collègues, managers et partenaires représentent également d’autres leviers pour se faire détecter et, peut-être, se faire embaucher.

Enfin, la tendance pour les candidats est de « publier » sur un blog, sur Twitter, LinkedIn et quelquefois même Facebook. Attention cependant, si les publications constituent un « plus », elles peuvent se transformer en pièges à mulots dans certains cas. En effet, il ne sert à rien d’annoncer son nombre hebdomadaire de nouveaux followers sur Twitter ! On s’en fout ! Ou de publier des articles insipides et dignes du café du commerce sur LinkedIn. On est atterré ! Voire même de faire des commentaires bourrés de fautes d’orthographe. Là, on pouffe…

Pour en terminer avec l’e-réputation

Si l’e-réputation constitue un élément indispensable d’une recherche d’emploi efficace, elle représente également un élément clé dans le processus d’intégration. En effet, dès que l’arrivée d’une nouvelle recrue est annoncée, c’est toute une entreprise qui se rue sur Google pour découvrir le profil LinkedIn de l’heureux élu afin de le renifler, le scruter, le décortiquer et le passer à la moulinette.

Cette foule de petits curieux va ainsi se faire une idée du nouveau venu Certains gros malins en profiteront pour vérifier, en passant, leurs connexions communes avec le nouvel arrivant. Car il ne faut pas oublier que le processus de recrutement ne se termine que lorsque le candidat a passé avec succès toutes les épreuves, et tout particulièrement la dernière et la plus importante, celle de l’intégration au sein de l’équipe déjà en place.

Comme le disait Napoléon à Talleyrand en 1812 : « Je préfère que la Tour Effel s’écroule plutôt de voir mon e-réputation ruinée par des citations débiles. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *