Bien se connecter aux autres : cela s’apprend !

Posté le 15/01/2016 dans Best practices Réseau

Bien se connecter aux autres : cela s’apprend !

On croit souvent que la capacité à aller vers les autres est innée et que seuls quelques individus chanceux sont dotés naturellement de ce talent. En réalité, cette aptitude s’acquiert. Il s’agit simplement d’une question de pratique et d’intelligence émotionnelle.

Les études menées par Matthew Lieberman dans le cadre de l’Université de Los Angeles ont montré que si l’interaction avec les autres constitue un besoin humain fondamental, la création d’un lien social n’est pas simple car l’individu a souvent tendance à privilégier ses intérêts particuliers. Or, c’est justement en mettant l’intérêt personnel de côté que l’on peut mieux entrer en relation avec les autres, et tout particulièrement avec des gens qui nous semblent a priori difficilement abordables.

Comment faire ? Voici quelques conseils pour faciliter le tissage d’un lien avec les personnes que l’on rencontre.

Faire une bonne première impression !

D’après les recherches menées par Nicholas Boothman, auteur prolixe sur ce sujet, votre interlocuteur décide de vous apprécier ou non dans les premières secondes d’une rencontre. La conversation qui s’en suivra confortera généralement sa première impression.

Le premier feeling est également étroitement lié au langage corporel positif. Vos expressions, la tonalité de votre voix, votre gestuelle, tout cela peut attirer les gens vers vous. D’où l’importance d’utiliser un ton enthousiaste, de décroiser les bras, de regarder la personne dans les yeux et de se penchez légèrement vers la personne qui vous parle. Un langage du corps positif peut faire toute la différence dans un entretien. La tonalité de votre voix joue aussi un rôle majeur car, dans une conversation, ce que vous dites est moins important que la façon dont vous le dites.

Aller d’emblée au-delà du superficiel !

Lors des premières secondes, la discussion tend souvent à être superficielle. Nous parlons de la météo, du trafic et d’autres fadaises. Or, si vous souhaitez créer une relation avec quelqu’un, il convient d’abandonner les banalités et de plus vous exposer. Il faut laisser votre interlocuteur découvrir ce qui vous passionne. Si vous êtes ouvert, votre interlocuteur le sera aussi.

Posez des questions pertinentes ! Si la personne en face de vous est moins bavarde, encouragez-la à parler en lui posant des questions. Trouvez des sujets qui vous aideront à partager des intérêts mutuels sans, bien sûr, vous immiscer dans la vie personnelle de l’autre.

Apprenez de vos interlocuteurs et identifiez leurs qualités !

Dans le cadre de ses recherches, Matthew Lieberman a conclu que notre système éducatif serait beaucoup plus efficace si nous exploitions le potentiel social de l’apprentissage au lieu de l’écraser. Par exemple, la meilleure façon d’aider un élève en difficulté est de le faire coacher par un autre étudiant. Appliquez ce même principe dans votre vie, et efforcez-vous d’apprendre de la personne avec qui vous essayez de nouer une relation.

Par ailleurs, notre culture française nous prédispose souvent au cynisme. En général, nous aimons trouver des raisons de rejeter les gens au lieu de leur trouver des qualités pour essayer de mieux les connaître. Bannissez cet état d’esprit cynique et efforcez-vous d’identifier les qualités de la personne qui se tient en face de vous. Imposez-vous cette discipline. Changez de prisme : recherchez le positif plutôt que le négatif.

Faites en sorte que vos interlocuteurs ne regrettent pas d’avoir ôté le masque !

Si vos nouvelles connaissances s’ouvrent à vous, faites en sorte qu’elles ne le regrettent pas. N’adoptez pas de comportements qui pourraient rompre ce lien qui a commencé à s’établir. Le sarcasme, les critiques et les plaisanteries douteuses sont à bannir. Vos contacts pourraient avoir l’impression d’être jugés sur ce qu’ils ont partagé avec vous.

Laissez-les exprimer leur point de vue. Et si vous n’êtes pas d’accord, expliquez votre position à votre tour mais sans rechercher un conflit inutile.

Utilisez leurs prénoms !

Dale Carnegie le disait dans son célèbre ouvrage, « Comment se faire des amis », publié en 1937 : le prénom est au cœur de l’identité personnelle de votre interlocuteur. Ce dernier se sent plus concerné quand vous vous adressez à lui en utilisant son prénom. Aussi, quand vous rencontrez quelqu’un, notez tout de suite son prénom et utilisez-le immédiatement. Et tâchez de vous en rappeler la prochaine fois que vous le reverrez. Bill Clinton est considéré comme un maître en la matière : sa capacité d’appeler un nombre phénoménal de personnes par leur prénom a contribué à son ascension politique.

Evitez toute mise en concurrence !

Le discours, les expériences et les réussites de votre interlocuteur ne doivent surtout pas vous pousser prouver que vous en avez autant à votre service. Vous êtes en relation pour écouter et échanger. Pas pour rivaliser avec la l’individu qui vous parle. Entrer en compétition peut certes flatter votre égo, mais vous empêche d’établir un lien serein avec lui. Plutôt que de vous concentrer sur vous-même et d’initier un inutile rapport de force, restez humble. Efforcez-vous de vous intéresser sincèrement à votre interlocuteur et essayer avant tout d’apprendre à le connaître.

Mettez votre voix intérieure en sourdine, soyez en écoute active !

Ne pas écouter la personne qui vous parle empêche de tisser un lien avec elle. En cherchant à préparer une bonne réplique ou à dire quelque chose d’intelligent, on passe souvent à coté de l’essentiel de la conversation. Vous avez certes entendu ce que votre interlocuteur a dit, mais vous ne l’avez pas compris. Si votre but est réellement d’établir une relation avec votre interlocuteur, il vous faut vous concentrer sur ce qu’il vous raconte et pas sur ce que vous pourriez répondre de brillant. Une attitude d’écoute active constitue une réelle discipline. En la pratiquent de façon constante, cela deviendra une habitude utile.

On vous regarde, souriez !

Comme le soulignait justement Dale Carnegie, rien ne vous oblige à afficher un visage fermé et soucieux. D’autant plus que les individus sont particulièrement sensibles au langage corporel et à l’expression du visage de leur interlocuteur. Aussi, souriez ! Au cours du premier contact visuel, et dès les premières secondes d’une conversation, souriez. Inconsciemment votre interlocuteur en fera autant. Un truc pour être sûr de sourire au moment où vous le désirez : pensez à quelque chose d’agréable et de drôle. Et un sourire viendra éclairer votre visage et le premier échange avec votre interlocuteur du moment.

Nous sommes faits pour vivre en relation avec les autres. Seuls nos ancrages comportementaux et notre posture mentale nous empêchent de tisser un lien social avec nos interlocuteurs. Lors d’une prochaine rencontre avec une nouvelle personne, appliquez les conseils cités plus haut et faites en sorte qu’une première discussion se transforme en début d’une relation plus intéressante et peut être – l’avenir le dira – durable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *