12 façons d’augmenter vos chances sur un marché de l’emploi qui tousse

Posté le 01/12/2020 dans Recherche d'emploi

12 façons d’augmenter vos chances sur un marché de l’emploi qui tousse

La crise du COVID 19 plombe le marché de l’emploi. Les entreprises licencient et, en parallèle, arrêtent ou freinent sévèrement leurs recrutements. Les chasseurs de têtes s’inquiètent pour l’avenir. Les jobboards font grise mine. Et les candidats, toujours plus nombreux, se bousculent pour des postes qui se raréfient.

Comment réagir face à cette situation ?

Quelle stratégie mettre en place pour aborder cette nouvelle donne du marché ?

1 – Forgez-vous un mental d’acier

Plus que jamais, dans la période d’avec Covid19, vous devez avoir un mental fort. Dans cette période particulière qui incite à l’inquiétude et au découragement, les recruteurs recherchent des candidats optimistes, positifs, constructifs et actifs.

Si vous avez le droit de douter, surtout ne le montrez pas. Faites-vous aider si nécessaire par un psychologue ou par un sophrologue pour afficher un mental de champion. Et faites-en sorte de fréquenter des personnes positives car votre forme psychologique dépend fortement des dix personnes que vous côtoyez régulièrement. En d’autres termes, fuyez les toxiques, même s’ils sont proches de vous…

2 – Soyez au top physiquement

Physiquement soignez votre forme. Je sais, cela n’est pas évident. Votre salle de sport ou votre club est fermé et il vous est impossible de faire tous les sports que vous aviez l’habitude de faire.

C’est le moment de découvrir ou de redécouvrir des sports praticables dans la situation actuelle. Cela peut prendre la forme de cours de gymnastique en ligne, d’appareils de sport pour la maison, de course à pied. Cela peut également être d’aller travailler à pied ou à vélo. Ou même de ne plus jamais prendre l’ascenseur.

L’essentiel, c’est que vous soyez en bonne forme physique et que cela se voit tout au long de votre recherche d’emploi.

3 – Ayez une posture d’apporteur de solutions plutôt que de quémandeur d’un poste stable

Vous cherchez un job, c’est clair. Mais on ne vous donnera jamais ce nouveau job si vous vous présentez comme une victime du système. Mettez-vous dans les chaussures du recruteur : il n’est pas là pour vous aider à retrouver un job, sa mission est de trouver le meilleur candidat pour régler des problèmes, apporter des solutions, dynamiser des équipes, et redonner de la confiance et des perspectives à une entité dans la morosité ambiante.

Si vous adoptez cette posture d’apporteur de solutions, il est clair que vous accroissez vos chances d’être recruté.

Si ce n’est pas encore le cas, voyez comment vous pouvez y arriver. Quitte, là encore, à vous faire aider.

4 – Boostez votre CV et votre profil LinkedIn

Il est clair que votre CV et votre profil LinkedIn doivent être adaptés à la période de crise actuelle. Comme vous le savez, l’un et l’autre de ces outils sont truffés de mots clés. C’est sur ceux-ci que vous êtes repéré puis sélectionné. Si votre CV et votre profil LinkedIn n’ont pas subi de profondes modifications depuis février 2020, c’est regrettable car soudainement le monde a changé. Et les exigences du recrutement également.

Aujourd’hui votre CV et votre profil LinkedIn doivent mettre en exergue votre expérience et votre capacité à gérer des crises et des problématiques complexes teintées d’incertitudes et d’inquiétudes. Vous avez redressé un business, dites-le. Vous avez remotivé une équipe découragée. Dites-le. Vous avez redonné un cap et une vision à un collectif déboussolé, dites-le également. Et si vous cherchez de bonnes idées, allez les chercher sur les profils de vos concurrents qui ont déjà fait cet exercice de relecture offensive.

5 – Gardez intelligemment le contact avec les chasseurs de têtes

Il est clair que ce n’est pas au moment où les chasseurs de têtes ont moins de missions qu’il faut les délaisser. D’abord parce qu’il y a toujours des recrutements en cours gérés par ces professionnels du recrutement et qu’il vous faut, dans la mesure du possible, rester dans leur radar. Il ne s’agit pas, bien entendu de harceler nos amis chasseurs de têtes en les appelant frénétiquement et en envoyant votre CV toutes les semaines en mode mitrailleuse lourde.

Premier conseil : donnez-leur la meilleure image de vous-même en leur montrant que vous êtes actif, positif et déterminé.

Deuxième conseil : essayez de leur trouver des informations intéressantes – voire des contacts pertinents – pour les aider à rester à la pointe de leur practice et à l’affût de prochaines missions de recrutement.

6 – Continuez à faire du Réseauting. Mais différemment

Le Réseau n’est pas mort. Au contraire, il va très bien. Il s’est simplement adapté.

Je constate que le Réseauting ne s’est pas arrêté depuis le mois de mars dernier. Il est toujours actif. Il a basculé sur Zoom, Teams, Skype et est même revenu au bon vieux smartphone. Lorsqu’il a été possible de revenir au présentiel, il s’est affublé d’un masque.

Ce qui a également évolué, c’est l’importance de la confiance. Plus que jamais, en effet, en période de crise, la confiance est au cœur de la réussite du Networking. En d’autres termes, si vous êtes muni d’une recommandation faible ou moyenne, vos sollicitations Réseau risquent de rester lettres mortes. Aujourd’hui, vous avez besoin de solides recommandations pour avancer dans le Réseau. Pour cela, vérifiez toujours la force de celles que l’on vous donne par la méthode de la double validation.

7 – Sortez des chemins battus

Quand tous les candidats se retrouvent dans l’océan rouge, il faut aller à la recherche des océans bleus célébrés par Chan Kim et Mauborgne. La phase particulière que nous traversons doit vous pousser à imaginer des stratégies imaginatives pour votre recherche d’emploi. Il s’agit d’associer à vos actions traditionnelles, des approches nouvelles et si possible disruptives afin de vous démarquer de vos concurrents sur le marché. Ces stratégies créatives peuvent se réaliser soit dans le cadre des vecteurs traditionnels de la recherche d’emploi – chasseurs, Réseau, jobboards, lettres d’approche direct et candidatures spontanées – mais aussi en inventant de nouvelles méthodes. Prenons un exemple pour illustrer mon propos : un candidat tombé amoureux de Twitter s’est servi de ce site de microblogging pour se mettre en relation avec des décideurs dans son secteur. Tel autre a créé un blog pour accroître sa visibilité et sa légitimité dans un écosystème ciblé.

8 – Prenez le temps de vous informer et de diffuser les informations pertinentes

En transition de carrière, et plus particulièrement en période de crise, il faut rester particulièrement bien informé de l’état du marché de l’emploi, de l’actualité de votre secteur et de vos entreprises cibles. A vous de mettre en place votre stratégie d’intelligence économique pour collecter, traiter et diffuser les bonnes informations. Ainsi, si grâce à votre veille active, vous êtes au courant avant vos concurrents qu’une entreprise va procéder à des changements dans son organisation ou qu’un de ses cadres va prochainement partir à la retraite, vous disposerez d’une longueur d’avance pour vous positionner auprès de ses décideurs.

9 – Continuez à vous former

Outre la mise à jour permanente de vos compétences techniques, il est également utile de développer de nouvelles compétences. Le développement des webinars et des formations en ligne – sous forme de MOOCs ou autres – vous permettent aujourd’hui d’avoir accès à un savoir infini. A vous de faire votre choix. N’hésitez pas à vous faire aider par un professionnel averti de la gestion de carrière pour identifier avec lui les formations prioritaires que vous devez suivre.

Pour ceux qui ont un compte Premium LinkedIn, vous avez accès gratuitement aux cours proposés par LinkedIn Learning. On y trouve des pépites. Il suffit d’entrer un ou deux mots clés dans la barre de recherche pour que la plateforme vous propose des formations d’une durée variant de 15 minutes à quelques heures de très grande qualité.

Pareillement, si vous voulez trouver une formation de type MOOC, vous pouvez faire des recherches sur des plateformes dédiées comme edX, My Mooc, Openclassrooms, Fun Mooc, Udemy, etc. Ou directement sur les sites des universités françaises et étrangères, ou des grandes écoles hexagonales.

10 – Soyez à l’aise avec les nouveaux outils incontournables

Plus que jamais en matière de technologie, il faut apparaître dans le coup. Dans la mesure où beaucoup d’entretiens Réseau et d’embauches passent désormais par des outils comme Zoom, Teams et Skype, il est essentiel de parfaitement les maîtriser. En effet, si demain vous vous retrouvez à répondre aux questions d’un recruteur sur Zoom, il convient d’éviter de passer comme quelqu’un de dépassé par les nouvelles technologies. Je cite souvent tous les mots et les expressions qu’il faut éviter d’utiliser afin d’éviter l’étiquette de « has been » ; des mots comme « Naguère », « Autrefois », « De mon temps », etc. Il en est de même avec les nouveaux outils Internet. Il faut non seulement se former pour tirer le meilleur des fonctionnalités de ces plateformes mais aussi rester en veille pour suivre leurs évolutions permanentes.

11 – Acceptez de prendre un job d’attente, le cas échéant

Si on vous propose un poste moins intéressant que celui que vous visez et avec une légère diminution de salaire. Prenez-le. Et prenez-le d’autant plus si votre recherche d’emploi dure depuis plus de six mois. Pourquoi ? Simplement parce que si vous ne signez pas ce contrat, vous allez le regrettez dans les mois qui vont suivre, surtout si ceux-ci s’éternisent.

Je ne vous aurais pas dit cela début 2020. Je vous le dis aujourd’hui. Et j’espère changer d’avis dans quelques mois. De même, je vous encourage à prendre des missions si celles-ci sont intéressantes et peuvent contribuer à développer ou consolider vos expertises. Là encore, dans la période actuelle, il est préférable d’être actif en poste ou en mission, que trop longuement en recherche d’un CDI.

Enfin, même si ce n’est pas votre objectif final, il est pertinent de regarder ce que le Management de Transition peut vous proposer. Pour cela, je vous recommande d’envoyer un CV spécifiquement adapté à cette filière à tous les cabinets de management de transition de la place. La liste de ceux-ci se trouve sur Jobfinder.fr

12 – Aidez les autres

Ce n’est pas parce que les temps sont difficiles qu’il faut vous replier dans votre coquille et oublier d’aider les autres. Tout d’abord parce qu’apporter son aide vous donne le sentiment positif et gratifiant d’être utile, actif et reconnu pour vos qualités humaines et vos compétences. Être présent pour donner des conseils, de l’information et un coup de main aux personnes qui vous sollicitent représente une excellente façon de reprendre confiance en vous et d’augmenter son estime de soi.

Aider les autres permet aussi d’activer le cercle vertueux du Networking : plus vous aidez des individus dans le Réseau, plus le Réseau en général vous apportera son soutien, des conseils, de l’information et de potentiels contacts.

Aider les autres, c’est avoir l’esprit Réseau. Il faut donc le faire dans la mesure de vos moyens en y consacrant le juste temps. Il convient en effet de trouver le bon équilibre entre ce que vous faites pour vous et ce que vous faites pour vos contacts Réseau.

Ni être le pur égoïste qui ne regarde que son nombril.

Ni être le pur altruiste qui s’oublie dans le plaisir de donner et ne s’occupe plus de lui-même.

Equilibre subtil et salutaire.

Bonne chasse au bon job !

    3 Commentaires

  1. Quel ensemble cohérent et puissant.

    Bravo Hervé

  2. Merci Hervé pour les nombreux conseils, astuces et autres tuyaux toujours très judicieux!

  3. Bonjour Hervé,
    Merci pour ces conseils orientés solution!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.